top of page

Comment ma garde robe est devenue plus éthique ?

Dernière mise à jour : 9 janv.

Il y a quelques années, j’ai commencé mon chemin vers le zéro déchet. Ecolo dans l’âme depuis bien longtemps, je prenais tout doucement conscience de l’impact que j’avais sur mon environnement

Catherine HENRICH Créatrice de mode éthique

Mais au début, ça concernait surtout l’hygiène et l’alimentaire.

A côté de ça j’avais une garde robe qui ressemblait plus à un magasin de fringues qu’à une penderie. Difficile à ranger puisque je n’avais pas de place. Et puis je devais faire une bascule à chaque changement de saison puisque tout ne tenait pas dans mon dressing qui occupe quand même 3m linéaire sur 2 de haut et des rangements bas sur 2m de chaque côté du lit.

Et avant la naissance de mon fils c’était pire puisque sa chambre était une sorte de débarras avec un dressing de la même taille que celui de ma chambre. Vous imaginez donc d’où je suis partie.


On va dire que j’avais des circonstances atténuantes. Ils ont ouvert à 20 minutes de chez moi, un outlet center. Les plus grandes marques de mode du monde y sont représentées et à des prix qui me paraissaient tellement abordables à une époque. (Pour une qualité qui finalement ne vaut pas toujours le prix qu’on paye, vu les conditions dans lesquelles nos vêtements sont fabriqués). J'étais donc à 1 millions de kilomètres de la garde robe éthique que je défends aujourd'hui.



 


livre zéro déchet

J’ai d’abord lu le livre de Béa Johnson pour tout ce qui concerne la salle de bain et la cuisine. Oh, que ma maison était claire, rangée, agréable à vivre, mais pas encore ma chambre et mon dressing débordant. Ceci dit, ’avais du mal avec sa conception ultra minimaliste de sa garde robe. J’aime trop les fringues pour me réduire à n’avoir qu’une jupe 2 pantalons et une robe.



marie kondo livre

Et puis j’ai découvert la magie du rangement de Marie Kondo. Un livre que j’ai suivi à la lettre catégories par catégories. En arrivant à la partie dressing ça a été un vrai carnage. J’ai vendu pas mal. Mais surtout des vêtements de marque que je ne portais pas, j’ai donné et j’ai rempli des sacs et des sacs qui ont fini dans les benne de collecte de vêtements.



On était en 2015. A partir de ce moment là, je n’ai plus rien acheté pendant environ 2 ans. Il faut dire que j’avais tout ce qu’il fallait.

En 2017, j’ai même relevé le défi « Rien de neuf ». Une année sans rien acheter de neuf. Les cadeaux ont été fait maison et j’ai trouvé ce dont j’avais besoin d’occasion.


Ma garde robe était très bien puisque tout tenait dans mon dressing (toutes saisons confondues!!!) et ça l'est encore aujourd'hui.


On estime que l'on ne porte que 30% des vêtements que l'on possède.



Depuis mon tri et ma prise de conscience je porte tout ce qui se trouve dans mon dressing. Vraiment tout. Et j'applique le principe suivant :


Une pièce entre, une pièce sort.


Donc je ne réemcombre pas.


 


En 2020, nouvelle prise de conscience.

Nous étions confinés et comme je vis dans la maison familiale de mes parents, nous avons un grenier que j’ai voulu ranger. Forcément j’avais le temps !

Et là, j’ai fait des découvertes incroyables. Des cartons de vêtements de toute la famille, du linge de maison, neuf ou tout juste utilisé, des rideaux, etc… bref, des cartons pleins de textiles qui dormaient là depuis bien 30 ans pour certains.


chutes de tissus pour upcycling

J’ai trié, donné, gardé un peu ce qui m’allait. Et je me suis dit qu’il fallait que je trouve un moyen de réutiliser ce qu’on envisageait de jeter. Sans compter les jeans troués de mon fils que je pouvais difficilement donner à quelqu’un.

Comme j’ai toujours beaucoup d’idées et que je brode, couds, bricole depuis toujours, j’ai monté ma petite entreprise créative de « sauvetage de textiles ». Un moyen de lutter contre le gaspillage textile à ma petite échelle. Comme le colibri qui fait sa part. C'est pour ça que vous le retrouvez dans le logo de Cath Recycle.



Je souhaite permettre aux femmes soucieuses de l’environnement et des enjeux climatiques de réduire leur impact sur l’environnement en réduisant l’empreinte carbone de leur garde robe sans perdre le plaisir et le style.


Moi aussi j’aime la mode !!!


Mais aujourd’hui je veux que ce que je porte, soit le reflet de mes valeurs.


Pour aller plus loin téléchargez gratuitement le guide de la garde robe éthique. Il vous accompagnera dans vos premiers pas.




Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page